Que penser du plan solaire « Place au soleil » ?

Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat au ministère de la transition écologique et solidaire a annoncé hier son plan solaire. « Place au soleil », c’est 40 mesures destinées à développer le secteur en France. Un moment important pour les professionnels du solaire, deux mois après le lancement d’un groupe de travail initié par Enerplan, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire présidé par Daniel Bour, également président du groupe Générale du Solaire.

Le groupe de travail a tenu une partie de ses promesses :

  • la simplification des procédures d’urbanisme,
  • l’augmentation des volumes des appels d’offres,
  • l’augmentation de la prime à l’achat des chauffages et chauffe-eau solaires,
  • le déploiement des projets dans les départements et territoires d’Outre-Mer, etc.
  • la mobilisation des géants de la grande distribution,
  • la mobilisation du foncier militaire.

Le journal de 20h de TF1 a consacré le 28 juin dernier un reportage sur la revalorisation des sites militaires. Pour illustrer le sujet, les journalistes ont choisi une centrale de Générale du Solaire installée à Sourdun en Seine-et-Marne. Avec une puissance de 4,5 MWc sur 12ha, cette centrale au sol produit 5000 MWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 1700 foyers. Si la vidéo ne fonctionne pas, regardez le reportage sur le site de TF1.

Un plan solaire qui déçoit

Les engagements pris sont nombreux et répondent en partie aux attentes de la filière. Cependant, les professionnels du secteur solaire sont déçus. En cause, le maintien des appels d’offres pour les projets en toitures de 100 à 500 kWc. Un système inefficace en raison de ses lourdeurs administratives et des surcoûts de développement qu’il implique pour les professionnels.

Pour Daniel Bour, président d’Enerplan : « le maintien du système d’appels d’offres sur des projets de cette dimension n’a aucune justification économique et va continuer de freiner le déploiement de toitures solaires dans les territoires.[…].Nous continuerons donc de travailler en lien avec le ministère pour tenter d’améliorer le système actuel, qui ne donne pas satisfaction ».

Les professionnels du secteur solaire attendaient ce groupe de travail depuis plusieurs années. Désormais, l’enjeu des prochaines semaines est la mise en œuvre de ce plan. « Il faut saluer le volontarisme du Ministre qui a fixé un cap ambitieux pour accélérer le déploiement du solaire.[…]. Toutefois, le diable est souvent dans les détails, aussi nous serons vigilants à ce que cette ambition fixée par le ministre et unanimement partagée, soit bien concrétisée et mise en application aussi vite que possible ».